À Chaud :

La CANUT choisit SCC France pour ses solutions numériques

SCC France, leader auprès de partenaires technologiques majeurs, devient...

Asguard : le firewall made in France de Numeryx obtient le Label France Cybersecurity

Le groupe Numeryx, éditeur du firewall souverain Asguard via...
Expertise professionnelleLe virage de l’IA générative se fera-t-il sans les Data Scientists ?

Le virage de l’IA générative se fera-t-il sans les Data Scientists ?

Au moment où les IA génératives s’imposent dans les entreprises, l’utilisation du LLM se répand comme une trainée de poudre… prenant de court les Data Scientists. Et si cette révolution de l’IT se faisait sans eux ?

L’IA générative agite les discussions et des débats de n’importe quel salon ou événement professionnel actuel. Et, régulièrement au cours de ces échanges, les Data Scientists sont pointés du doigt pour ne pas avoir vu venir – peut-être parce qu’ils sont concentrés sur leurs tâches quotidiennes – les impacts que pouvaient engendrer les Large Language Models (LLM ou Grand modèle linguistique). Ils semblent même passer totalement à côté de la révolution fondamentale apportée par l’IAGen… à moins, tout simplement, que cette révolution n’ait pas besoin d’eux.

Yann Lecun, patron de l’IA chez Facebook, pointait déjà cette idée en affirmant que la vraie révolution ne réside pas dans l’optimisation opérationnelle, mais dans l’étape suivante, à savoir l’interface conversationnelle capable de remplacer le smartphone. Et quelle place, alors, pour les Data Scientists ?

Du PDA à l’IAGen, la relation client réinventée

Le concept d’assistant personnel digital est né au milieu des années 90 avec les PDA, dont la filiation directe se retrouve aujourd’hui dans nos smartphones. Pendant 20 ans, ces outils ont occupé la place d’intermédiation de la relation client.

Depuis les premiers agents conversationnels, le monde a connu de gros progrès technologiques. Il reste néanmoins un long chemin à parcourir avant de pouvoir proposer un assistant numérique omniscient et omnipotent, c’est-à-dire qui puisse être l’égal d’un utilisateur équipé d’un smartphone. Visiblement, ce qui fait défaut à tous ces agents est leur incapacité à apprendre par eux-mêmes. Ainsi, enrichir leurs capacités ou leur base de connaissances dépend totalement du bon vouloir de leur éditeur en la matière.

Et c’est dans ce cas précis que la révolution apportée par l’IAGen va rebattre les cartes. Et paradoxalement, c’est en écoutant des « non experts » de l’IA qu’il est possible de mesurer toute l’étendue de la révolution qu’apporte l’IA générative, à savoir la naissance d’un nouvel “operating system” de la relation client via des assistants personnels.

Vers un nouvel “Operating System” à base d’IA générative

Comme chacun le sait, un operating system est une couche logicielle qui permet à l’humain de commander la machine, à travers un langage plus ou moins évolué. Historiquement basé sur une interface textuelle (UNIX et son prompt), il va évoluer en incorporant un aspect plus graphique permettant de commander les nouveaux périphériques proposés par les ordinateurs (souris, carte son, graphiques, réseau).

Même si aujourd’hui le mot de « prompt » reprend une vraie vitalité dans l’actualité de ce nouveau monde des LLM et LAM, grâce à ces IA génératives, une nouvelle couche logicielle très évoluée apparaît, permettant de créer des assistants virtuels qui s’occupent de tous les moments de nos vies. Or, les Data Scientists qui n’ont pas l’habitude de cet exercice d’acculturation avec les autres équipes, grippent la machine. Ils ne montrent pas la direction vers laquelle tendre, là où, jusqu’à présent, ceux qui apportaient la valeur d’innovation et de transformation avaient la capacité de mélanger plusieurs disciplines. Et comme de leur côté, les chefs architectes n’ont pas l’autorité pour « vendre » ce genre de discours… le risque existe, pour l’entreprise, de rater le virage.

Les assistants virtuels à base d’IAGen : les nouveaux majordomes de l’ère numérique

Ces nouveaux assistants virtuels, dont on a pu avoir un avant-goût au CES grâce à la présentation de Rabbit-R1, sont des outils numériques qui, dans notre poche, s’occupent de gérer notre quotidien, à l’image des célèbres majordomes de la pop culture (Higgins dans Magnum ou Alfred dans Batman). Ce nouvel operating system va pouvoir proposer, comme ses « grand-parents », Windows, OSX ou Android, d’ajouter des interfaces vers des services ou des extensions. Et à l’instar des « drivers » qui pilotaient les extensions à Windows, les services digitaux sous forme d’API métier permettront une extension des capacités de ces nouveaux assistants virtuels.

Pour illustration, imaginons que l’on demande à son assistant virtuel de nous préparer un petit week-end en amoureux. Il pourra, si les « connecteurs » sont disponibles, vérifier notre capacité de financement, la disponibilité des transports et des hôtels, et réserver tout cela pour nous. Encore faut-il que Booking, Air France et notre banquier fournissent les services nécessaires.

S’il est encore trop tôt pour savoir si cet assistant virtuel sera spécialisé (comme Rabbit) ou intégré dans un smartphone (comme SIRI), une chose est certaine : les SI qui ne seront pas ouverts vont rater le virage.

Naviguer vers l’avenir digital : conseils pour une transformation réussie

La mise en œuvre de l’IA générative reposera sur l’usage des LLM existants – et non créés sur mesure – sans recourir au concours de Data Scientists. Les compétences de développement serviront à concevoir la plateforme d’IA générative. Cette dernière s’appuiera alors sur un orchestrateur et des API.

Et La question qui se posera sera alors de fournir les bons drivers au plus important Operating System des assistants. A ce jour, ce modèle-cible pêche par le retard de mise à disposition de ces interfaces et de leur exposition. D’où l’apparition du modèle Rabbit-R1 capable de compléter ce LLM par un LAM, un « large action model ».

Or, le coût d’utilisation de ces outils est plus coûteux et complexe qu’un simple appel API. Et l’on sait que le mode de fonctionnement des IA génératives est de donner la priorité aux services les plus courts et les plus rapides d’accès. Ainsi, les services APIsés auront de fait un plus grand succès que toute autre technologie développée spécifiquement. C’est pourquoi il est important de comprendre qe l’APIsation du SI doit être considérée comme une priorité.

Pour l’entreprise, l’enjeu consistera donc à comprendre les enjeux relatifs aux datas, à repenser son exposition et celle de son business, pour qu’ils s’intègrent comme une extension privilégiée de ces Operating système IA. Et pour cela, il y a plus besoin de développeurs que de data scientists.

Il est donc grand temps pour l’entreprise de prendre le virage et d’ouvrir son SI, au risque de finir comme le bistrot de la N7 quand l’Autoroute A6 a été inaugurée.

à lire aussi

Paris 2024 confie à SCC le projet d’affichage dynamique pour l’information voyageur

L'un des principaux objectifs des Jeux Olympiques et Paralympiques...

Watsoft choisit Enreach pour enrichir son catalogue de solutions téléphoniques

Enreach for Service Providers annonce un accord de distribution...

Cybersécurité des données de santé : importance de la souveraineté et des bonnes pratiques

Dans le secteur de la santé, la souveraineté des données est un enjeu...

Durabilité énergétique : nLighten lance le Score CFE Intégré

nLighten une amélioration de la mesure Carbon Free Energy...

PROCHAINS WEBINAIRES


Dans la même catégorie

Cybersécurité des données de santé : importance de la souveraineté et des bonnes pratiques

Dans le secteur de la santé, la souveraineté des données est un enjeu...

Denis Flaven, Directeur Ingénierie chez COMBODO Les enjeux de sécurité...

Directive NIS 2 : Quelles sont les Nouveautés et Comment s’y Préparer ?

La directive NIS 2 (Network and Information System Security)...

Accompagnement au changement : fondement de tout projet ITSM réussi

La mise en place d’un projet ITSM au sein d’une...

Ça pourrait vous interresser

Déploiement Zero Trust : étapes, conseils et bonnes pratiques

Par Simon Bonin - Expert Sécurité chez IMS Networks La mise en place d’un projet ZTNA (ou Zero Trust Network Access) requiert certains prérequis, inhérents à...

Comment les entreprises peuvent évaluer en continu le risque cyber dans un environnement digital

De nos jours, pour une entreprise, assurer sa sécurité informatique est devenu un sport collectif où tous ses partenaires et ses fournisseurs doivent mouiller...

Défis et solutions pour optimiser l’accueil citoyen et la communication dans les collectivités locales

Les conditions d’accueil dans les collectivités locales peuvent varier en fonction de la taille de la collectivité et des ressources disponibles. Dans de nombreuses...